En traversant la forêt de Montmorency (samedi 08 juin )

Nous étions 7 à entreprendre cette randonnée perturbée par les transports train – bus de substitution) mais peu de supplément de temps. La journée a été, en résumé, partagée en 2 temps.

Le matin : de Méry-sur-Oise à l’Est : forêts avec déclivités (notamment dans les parties hors GR) et côtés sauvages de chemins accidentés, des champs parsemés de coquelicots (signe de l’absence d’engrais chimiques), le tout sous une température agréable. Achèvement par la découverte de la fontaine dédiée à Sainte Radégonde avant d’arriver aux étendues d’eau du Château de la Chasse pour un déjeuner tranquille interrompu par un possesseur de chien ne supportant pas la suggestion de tenir son chien en laisse (lui recommander le gi gong initié par Régina).

L’après-midi : plein Sud, chemins moins pentus, en forêt, avant d’aborder la zone urbaine et le bonheur de la traversée de Groslay par des sentes.

Le temps aura été très clément sauf certains épisodes pluvieux de courtes durées, des terrains peu boueux, des marquages assez réguliers (N° de parcelles, signes) et un retour en train rapide (15 minutes) … sans oublier un outil indispensable : la boussole.

Merci aux Randonneurs d’être venus (je n’aurais pas fait la randonnée de moi-même), pour leur convivialité et pour leur créativité gastronomique (langues de chat de Bernadette, gâteaux de Bernard) ; un groupe sympathique.

samedi 19 janvier De l’Oise à la Seine

A Pontoise, début de la randonnée par une café pour les 4 randonneurs puis, à proximité de la gare, nous atteignons le GR de Pays longeant l’Oise : au début par des quais aménagés (pratique de l’aviron) puis de la vielle ville de Cergy au lavoir de la Guepiere, un chemin étroit le long du fleuve.. pour le plaisir de voir de nombreux oiseaux et de constater un intense trafic de péniches. Direction un parcours en balcon, sur l’ancienne voie férée, après avoir dépassé le musée Gérard Philippe, pour nous mener à la découverte de la base de Cergy-Neuville au loin et une visite plus longue que prévue de l’Axe Majeur : pont reliant la bande de terre la plus au nord de la base, escalier monumental, colonnes, jardin fruitier et l’ensemble architectural rappelant la place de Catalogne (proximité de la gare Montparnasse) qui ne possède pas un tel obélisque (60m de haut) visitable. Bernard vous fera découvrir tout cela le 23 février: ne manquez pas sa randonnée!

Déjeuner sous le grésil mais autour d’une table avec vue sur la base de Cergy. Reprise pour rejoindre Vauréal, un chemin tortueux puis direction du gite d’étape d’Enancourt (hésitations pour retrouver le bon chemin). Descente sur Chanteloup- les- Vignes qui nous a donné une image (sans doute fallacieuse) de cité calme le long du GR (où sont les cités agitées qui ont fait la célébrité de la cité) et cap sur la gare de Triel-sur-Seine ; dans un dernier effort, nous atteignons la Seine avant de prendre le train pour Paris Saint-Lazare.

Le sol a été bien glissant dans beaucoup d’endroits ; ciel frais le matin et grésil faisant apprécier gants et bonnet, après-midi frais et pluies peu intenses nous accompagnant tout l’après-midi. Nombreuses petites côtes (sauf erreur, dénivelés positifs = entre 600 et 700m). La signalétique était très bien faite dans l’ensemble. La participation de chacun a permis de trouver le bon chemin (à la fin, lutte entre les applications de localisation ; la carte IGN était très bien)

Une nouvelle fois, bonne humeur, nombreuses discussions ; spécialité de Bernadette. Ma sciatique finissante a sans doute ralenti le groupe.

samedi 10 novembre Un petit tour dans le Vexin

Nous étions 4 à nous retrouver gare Saint Lazare pour ce départ matinal (le train suivant était  3 heures plus tard).
Le parcours : traversée de Santeuil, longue traversée des champs pour atteindre Marines où nous avons pris le temps de visiter une église (pour une fois , une église ouverte) remarquable par ses 2 fameuses chapelles classées et la cloche la plus ancienne de France puis traversée d’un bois nous montrant ses feuillages dorés, découverte d’une ancienne voie ferrée et poursuite jusqu’à Grisy les Plâtres où nous déjeunons sur les marches de l’église afin de bénéficier d’un beau point de vue. Direction sud pour atteindre les faubourgs de Pontoise, découverte de bassins de rétention à sec puis une longue descente pour atteindre et longer l’Oise avant de finir à la gare. Environ 45% en zones boisées ; nombreuses petites côtes.
Le temps : pluvieux seulement  le matin, du vent, des éclaircies l’après-midi ; moins de passages pluvieux qu’annoncés, une fraîcheur mais pas le froid.
Le paysage : du fait des pluies tombées récemment, les fossés remplis d’eau, les forêts aux couleurs d’automne, des champs de betteraves retournés récemment et pas mal de pousses vertes (quelles plantes ?) et des chemins boueux-glissants.
L’ambiance : comme toujours, elle donne envie de revenir. La surprise du retour : train bloqué 15 minutes du fait de portes bloquées ouvertes  volontairement par des passagers puis réparation des portes forcées.

3 châteaux en Vallée de Chevreuse

Bonne surprise, nous étions 12 au départ de cette randonnée.
Beau temps, beaucoup de parties à l’abri de la chaleur, des piqûres de moustiques ; et la promesse de déclivités a été tenue. 4 premiers km en zones boisées avant d’arriver au 1er des 3 châteaux : Breteuil, façade au loin, très long mur que nous longeons à partir d’une entrée de chemin discrète. Arrêt à Senlisse après nous être arrêtés à un haras dont la construction remonte au Moyen-Age et rencontre avec l’expansive maîtresse des lieux, déjeuner (merci à Bernadette pour ses cannelés) dans le jardin de l’église où une fontaine sans l’habituelle pancarte ‘eau non potable’ a permis de recharger les gourdes. Modification du parcours d’origine (sans augmentation de km) pour découvrir la Vallée des Lavoirs dont l’environnement rocheux rappelle la forêt de Fontainebleau ; émerveillement de découvrir le 2ème château : Dampierre, par le haut de la colline, descente pour mieux remonter sur le plateau qui nous amènera à Saint Rémy les Chevreuse. A 2 km de l’arrivée, formation de 2 groupes : le premier, ‘direct à la gare’, le second, ‘montée au 3ème château’ : La Madeleine. La Madeleine a été atteinte, sur les conseils d’un ‘local’, par un long chemin ; à l’arrivée, découverte de l’intérieur d’une cour de château, de ses remparts, de la Maison du Parc et belle vue sur la vallée ; descente jusqu’au pèlerinage à la Ferme de Coubertin. Une belle journée, des randonneurs toujours aussi sympathiques.

de Survilliers à Mitry

4 randonneurs qui découvrent que l’hiver n’est pas fini : traces de glace en début de parcours ; parcours assez plat, orienté nord au sud, uniquement en plaine afin d’éviter la boue. Une lecture de la carte attentive du fait des modifications de marquage par rapport à une carte pas récente (ex : la notion de Gr de pays a disparu), des marques très épisodiques et non continues : une bonne initiation à l’usage de la boussole et à la sollicitation bien utile des ‘locaux’ pour confirmer nos choix. Bonnes conditions météorologiques : ni pluies, ni vents, la couleur du ciel passant du gis au bleu ; quelques passages boueux. En début de parcours, constatation de l’augmentation de l’urbanisation le long du chemin, nous apercevons les tours de contrôle de l’aéroport de Roissy ; matinée marquée par un supplément de 2 km dû à un marquage mal interprété, Saint Witz, traversée des 2 Moussy, déjeuner à Villeneuve à l’abri du vent, descente sur Thieux et Saint-Mesmes, dernier kilomètre le long d’une zone un peu désertique après un nœud routier. En cours de journée : quelques animaux croisés dont un marcassin et de gros oiseaux, quelques kilomètres pavés et un accompagnement visuel et sonore dû aux avions atterrissant et décollant.  Des randonneurs patients lors des hésitations du parcours, lors du supplément kilométrique, conviviaux : que demander de plus !