Archives pour la catégorie “Récits de voyages et de trek par nos adhérents”

Récits de voyages et de trek réalisés par les adhérents

Régina avait tenu sa promesse de nous amener dans son pays et nous voici à Köln pour deux jours de carnaval.  Dès l’arrivée gare centrale, les allemands ne font pas dans la demi mesure,  sont tous déguisés et prêts à faire la fête. La gare se trouve en plein cœur de la ville à deux pas de la magnifique cathédrale gothique. Juste le temps de traverser le Rhin pour aller déposer nos bagages à l’auberge, de se vêtir de tenues de couleurs vives, de perruques.  Nous avons tous choisis de nous déguiser en clowns, et bien sûr pour finir une couche de maquillage sur chacun de nos visages. Nous sommes prêts à partir pour le Rosenmontag le lundi des roses, journée très importante avec un défilé  kolossal qui dure environ quatre heures…

Le défilé de chars s’exprime sur les figures politiques du moment, mais pas seulement. Nous, nous avons compris que le plus important pour les personnes qui regardent passer le défilé est de crier Kamelle,  que l’on peut traduire en français par des bonbons !!!  et de chanter plusieurs dizaines de fois Köln alaaf, Köln alaaf chanson très populaire du carnaval. Au cours de ce défilé des centaines de kilos de bonbons, friandises, fleurs sont jetés  depuis les chars à la foule qui en redemande…. tout le monde vient avec des sacs qui se remplissent de sucreries. A la fin de la journée nous en avons recueillis plusieurs kilos que nous nous sommes partagés. Les gens se parlent, chantent, mangent et boivent dans une bonne ambiance. Des stands de vente de saucisses, de bières sont implantés le long du parcours. Nous sommes en Allemagne, je vous le rappelle. Et nous en profitons bien.

Nous avons passé la soirée dans la vieille ville près du Rhin, dans des bars remplis de gens faisant la fête, chantant, et buvant la bière locale dans de petits verres.

Le lendemain nous avions une visite guidée de la cathédrale et de son quartier. L’intérieur de la cathédrale est très riche, ses dimensions sont immenses et  sa flèche très fine, symbole de la ville. Ville de commerce, Cologne est connue pas seulement pour sa bière mais aussi pour son eau, parfum que tout le monde connaît pas seulement en Allemagne. Les vieux quartiers centraux méritent que l’on s’y attarde. Bref, j’ai bien aimé l’atmosphère de la ville qui est très latine et non de caractère prussien comme l’a rappelé la guide.

Je ne peux que vous inviter à passer un week-end à Cologne, au moment du carnaval qui est la cinquième saison là bas, mais aussi au printemps ou en été la ville est verte et les bords du Rhin accueillants.

Merci à Régina pour nous avons fait découvrir Köln et son carnaval. Danke schon. Bon maintenant il faudra penser à   partir randonner en Bavière, visiter Munich au mois d’Octobre…. J’ai déjà une petite idée dans la tête.

Comments Pas de commentaire »

Le rendez-vous était fixé tôt ce samedi matin à Paris-Montparnasse pour le groupe des Randonneurs du XIème participant à ce week-end en Vendômois.

Nous arrivons donc vers 8h00 à la gare TGV de Vendôme-Villiers-sur-Loir où la propriétaire du troglogîte où nous séjournerons nous attendait pour réceptionner nos bagages les plus encombrants.

Nous débutons notre randonnée matinale en empruntant un GR de Pays traversant le Bois de l’Oratoire et qui croisera la D957 à Courtiras. Nous poursuivrons notre chemin par un passage dans les vignes appartenant à l’AOC des Côteaux du Vendômois avant de rejoindre le village de Villiers-sur-Loir où nous visiterons l’église.  Sur une partie du parcours, nous longerons les bornes de pierre frappées du sigle « D – St – M » immortalisant le parcours de Tours à Trèves (Allemagne) récemment installées à l’occasion du 1700ème anniversaire de la naissance de Saint-Martin de Tours.

Nous rejoindrons un peu plus loin en direction du Gué-du-Loir le village troglodytique du coteau Saint-André où Jean Chaillou, viticulteur et guide-conférencier à l’Office de Tourisme du Pays de Vendôme nous attendait pour animer ce week-end en Vendômois.

La visite commentée du Coteau Saint-André nous informe notamment que sa falaise calcaire creusée de caves et de carrières souterraines d’extraction sur 4 niveaux est à l’origine de plusieurs constructions dans les environs. Un descriptif détaillé de l’origine du coteau argumentera cette découverte inédite pour les marcheurs parisiens. Notre balade continuera dans le haut du coteau où nous pourrons admirer depuis l’extérieur plusieurs habitations troglodytiques ; chaque logis se différenciant par ses propres caractéristiques.

P6250032   P6250037   P6250040   P6250044  P6250049   P6250053   P6250059

 

 

 

 

 

 

Nous randonnerons ensuite jusqu’au Hameau de Rochambeau où nous pique-niquerons sur une presqu’île en bord du Loir puis nous reprendrons notre marche en direction de la gare de Thoré-la-Rochette où nous retrouverons notre guide pour une excursion à bord du TTVL (Train Touristique de la Vallée du Loir), authentique autorail des années 50. Les alentours de la gare étaient investis ce week-end par un rassemblement Volkswagen où étaient exposés différents véhicules d’hier de la marque.

Notre excursion débute en direction de la plate-forme de Varennes où nous irons d’abord à la rencontre de la ligne TGV située sur la commune de Marcilly-en-Beauce où s’établit le 18 mai 1990 un record du monde de vitesse de l’ordre de 515,3 km/heure. Nous observerons ensuite les Mégalithes de la Brisse dressés sur le bord de la voie non-loin du pont à 2 niveaux croisant cette même rivière. Puis nous emprunterons le tunnel de Saint-Rimay qui fût le lieu de repli envisagé en cas d’attaque aérienne lors des entrevues d’Adolf Hitler en octobre 1940. Nous continuerons vers Trôo où nous marquerons un arrêt à la gare dans laquelle sont notamment présentées au rez-de-chaussée des photos anciennes des gares de la région ainsi qu’une collection d’outils préhistoriques et de fossiles. Au premier étage, nous serons invités à une ballade poétique en Vallée du Loir agrémentée de photos et projections… Enfin dans le grenier, se retrouveront enfants et plus grands dans ce paradis qui est le domaine de plusieurs circuits de trains miniatures… Une halte était organisée sur le chemin du retour au Musée des Rencontres situé dans la gare historique de Montoire où une autre intervenante relatera notamment l’entrevue d’Hitler et Pétain du 24 octobre 1940. Nous profiterons de cet arrêt pour admirer quelques voitures de collection (cette fois-ci de la marque Panhard) stationnées devant le site de la gare. Puis l’excursion en train se clôturera par une dégustation de vins des Côteaux du Vendômois  offerte par les producteurs locaux à la Maison des vins et produits du Vendômois située dans l’ancienne gare de Thoré où des participants en profiteront d’ailleurs pour faire quelques emplettes…

Sur le chemin vers notre troglogîte où nous dînerons et dormirons, nous passerons près de l’Eglise Saint-Denis de Thoré et nous nous arrêterons au cimetière du village où nous pourrons croiser la tombe du notaire Martin, vigneron de coeur, qui est ornée d’un pied de vigne puis plus loin le tombeau de la famille du Maréchal de Rochambeau qui s’illustra entre 1775 et 1783 à la tête du corps expéditionnaire français lors de la guerre d’indépendance des Etats-Unis.

P6250065   20160625_125507   20160625_155746   20160625_144346   P6250078   P6250093   P6250099   P6250100

 

 

 

 

 

 

Dimanche fût une journée véhiculée. Après notre petit-déjeuner enrichi par les produits bio issus de la Ferme des Trois Buissons de Lunay, nous nous dirigerons vers Lavardin classé parmi ‘Les plus beaux villages de France’ où nous découvrirons d’abord l’église Saint-Genest, édifice roman complexe probablement construit à la fin du XIème siècle mais dont la datation a été souvent contestée. Elle se singularise notamment par ses différentes fresques et peintures murales.

Nous progresserons ensuite vers les vestiges du château de Lavardin qui s’étagent sur un promontoire rocheux au dessus du village et du Loir. Cet édifice qui fut construit à partir du début du XIème siècle par les premiers seigneurs de Lavardin, fut vendu au comte de Vendôme vers 1130, dont il devint la principale forteresse à partir de la fin du XIIème siècle. Il fut par la suite complètement remanié aux XIIème et XVème siècles puis fut enlevé aux Ligueurs en 1589 avant d’être démantelé l’année suivante sur ordre d’Henri IV alors duc de Vendôme et roi de France.

Puis nous redescendrons dans le coeur du village pour contempler différentes maisons anciennes dont celle dite ‘Maison Perault’, élégante demeure du XIIIème siècle qui présente de nombreuses caractéristiques d’ordre religieux. Nous terminerons notre visite au bord du Loir  pour admirer depuis le lavoir le Pont Gothique qui aurait été construit à la fin du XIIème ou au début du XIIIème.

Nous regagnerons ensuite Montoire sur le Loir et déjeunerons à l’Escale Montoirienne qui propose une cuisine traditionnelle la semaine et plus élaborée le week-end. La Soupe de pétillant et ses amuses-bouches, le salade Tourangelle, le Magret de canard aux pleurotes et ses garnitures, le fromage et sa salade puis la Tarte Tatin caramélisée et sa glace vanille composeront notre menu dominical accompagné bien sûr de vin des Coteaux du Vendômois.

Notre périple se poursuivra l’après-midi par la visite de Trôo. Nous débuterons dans la partie haute du village en découvrant la Collégiale Saint-Martin qui fut fondée en 1049 par Geoffroy Martel puis rebâtie au XIIème siècle par Geoffroy Plantagenêts dans un style angevin avec la pierre de taille extraite du sous-sol de Trôo. En sortant, nous passerons près du monument aux morts édifié à la gloire des soldats morts pour la France durant la Grande Guerre et qui fût spécialement créé par le célèbre sculpteur Antoine Bourdelle. Nous grimperons ensuite au sommet de la Butte Castrale qui mesure 170 mètres de circonférence et qui offre une vue imprenable sur toute la vallée du Loir. Après avoir suivi les explications de notre guide portant sur les murailles et portes de Trôo dont celles de Saint-Calais et de Sougé, nous nous rendrons jusqu’au Puits qui parle. Sa forme spécifique en forme d’entonnoir permet de restituer un écho exceptionnel qui a donné lieu à des légendes dont la plus célèbre est l’histoire d’une jeune femme particulièrement bavarde qui jacassait du matin au soir et parfois même en dormant… Les marcheuses du week-end ont confirmé cette légende en se prêtant au jeu de l’écho en se penchant au-dessus de la margelle du lieu… Si Trôo est célèbre pour sa cité troglodytique, elle l’est aussi pour ses multiples escaliers et petits sentiers uniquement accessibles à pied. Nous les emprunterons pour nous rendre notamment à la cave Yuccas, habitée jusqu’en 1965 environ et qui a été réhabilitée depuis pour qu’elle soit visitée. Elle reconstitue en fait le mode de vie au début du XXème siècle sur le coteau de Trôo. Nous redescendrons plus loin jusqu’à la source et au fournil Saint-Gabriel. Cette source est l’une des fontaines les plus importantes du village et elle est comme la plupart intarissable. Le fournil était utilisé par le boulanger de Trôo qui puisait l’eau pour sa pâte dans le bassin. La boutique installée dans une maison voisine fermera ses portes dans les années 1970.

Avant de rejoindre la gare du retour, notre week-end en Vendômois s’est terminé par la visite de l’église de Saint-Jacques-des-Guérets située dans la commune du même nom et voisine de Trôo sur la rive opposée du Loir. Elle est également réputée pour ses peintures murales datant de la moitié du XIIème siècle et découvertes en 1890.

P6260118   P6260115  P6260126  20160626_123729   P6260157   P6260164P6260167

 

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Comments Un commentaire »

Une randonnée au pays des coucous ? autrement dit en  forêt noire. La version allemande des Vosges.

Facile à réaliser et peu cher si vous partez à plusieurs en voiture pour limiter les frais ou bien en train. Mon but était de visiter la haute forêt noire. La forêt noire est un massif de monts arrondis avec une altitude moyenne de 1000 mètres. Elle ressemble beaucoup aux  paysages vosgiens.

Nous avions choisi le village de St Märgen comme lieu de résidence,(voir photos ci-dessus) bon point central à mi distance des randonnées que nous voulions faire. Arrivés à l’auberge, la propriétaire nous a donnés le « Konus pass », un pass intéressant permettant de se déplacer gratuitement sur toutes les lignes de bus, trains, trams de la province du Bade Wurtemberg (région de la forêt noire). Mais nous avons utilisé la voiture la plus part du temps pour nos déplacements. Autre conseil prendre une demi-pension et vivez à l’allemande c’est à dire petit déjeuner très très copieux, vues les calories prises le matin le repas du midi peut se limiter à un minimum,  et prendre le repas le soir à la pension. Ici à la montagne dès 18h30 les pensionnaires comme les habitants dînent très tôt. Il faut s’y faire !!!!

Pour notre première journée de marche nous avons voulu nous rendre au Titisee, non ce n’est pas le village de Titi. Mais le village est connu pour son lac (see)  si transparent et propre que l’on peut y boire son eau. Un tour du lac en bâteau s’impose. Ici ce qui diffère de nos régions c’est en tout premier, la propreté, ensuite le respect de la nature. Tout y est si bien préservé. Côté efficacité nous avons encore des leçons à apprendre.

Autour du lac une zone piétonne nous incite à flâner. Beaucoup de magasins de souvenirs (sculptures, horloges coucous, verrerie, jambons crus, kirch, liqueur etc….)

Après, la visite du village et le tour du lac en bâteau, nous avons fait une petite randonnée (le seerundweg Titisee 2 à 3 heures de marche)  en longeant les bords du  lac et ensuite dans la montagne environnante.

Pour terminer cette journée vous avez la possibilité de prendre un petit train  touristique qui vous fera découvrir les environs du lac en 1 heure sur les hauteurs, en passant par des fermes les unes plus grande que les autres, d’où l’on voit paîtrent les vaches et chèvres dans les pâturages. Une des choses qui nous a surpris est la grandeur des fermes et leur propreté.

Le deuxième jour : 30 minutes de voitures et nous voilà partis pour le Feldberg (point culminant de la fôret noire 1500 m). 5 heures de randonnée. La  forêt noire profonde, ici l’on comprend ce que celà veut dire.  De hauts sapins, la traversée en forêt dense, heureusement quelques auberges hospitalières vous invitent à une pause ou bien à manger en cours de route une soupe, un dessert, prendre une boisson. Les auberges sont bien tenues, propres, fleuries de géraniums à toutes les fenêtres et sont accueillantes. Une belle montée difficile vers le Feldberg mais à l’arrivée le point de vue est splendide vue sur toute la haute fôret noire. Un point d’observatoire militaire, une tableau d’orientation nous indique les Vosges, le Mont Blanc, les Alpes bavaroises et autres sommets allemands. Une station de ski se situe à quelques kilomètres, les remontées mécaniques le prouvent.  Nous avons continué notre rando vers le Feldsee, autre petit lac en plein coeur de la forêt. Quelques randonneurs prennent le soleil et les cygnes attendent des marcheurs un petit morceau de pain.

Troisème jour  : Avec le Konus pass, depuis la gare du Titisee, gratuitement nous avons pris le train pour Fribourg. Le trajet est splendide nous longeons des gorges et vallons encaissés. A Fribourg, une ville à la campagne au pied des monts de la forêt noire, nous avons pris les trams gratuitement pour nous rendre dans la vieille ville. Beaucoup de choses à voir. La place de l’Hôtel de Ville, un peu plus loin la Cathédrale centre mévralgique de la ville et autour quelques édifices et musées pouvant vous intéresser. De belles boutiques et bars avec terrasses. Nous sommes ici dans le sud de l’Allemagne. Vie calme et paisible.

En prenant le tram 2 et un bus  en 20 minutes vous arriver au Schauinslsand, la montagne la plus élevée près de Fribourg. Pour accéder au sommet 1220, vous devez prendre un téléphérique à rotation (le Schauinslandbahn)  le plus long d’Allemagne. Durée 20 minutes sur 3,6 kms dit le dépliant. Dès l’arrivée à la station du téléphérique, vous avez plus d’une dizaine de randonnées à faire. De nombreux panneaux indicateurs nous donnent toutes les directions. Extrêment bien indiquées. Vue panoramique  imprenable sur la montagne fribourgeoise.

Quatrième jour : Randonnée à Hinterzarten. Beau village aux maisons fleuries. Par une belle journée notre but est de remonter les gorges de Ravenna.  Depuis le village nous commençons la randonnée en passant devant des moulins à eaux, et des petites scieries abandonnées. Arrivés à un viaduc, nous passons devant une enorme demeure en forme de coucou !!! surprenant, à l’intérieur c’est une boutique. A heure fixe les cars déposent les touristes, ce jour là un car a déversé des chinois, appareils photos à la main et attendaient de voir apparaître un enorme coucou puis de voir des personnages dansant. Nous avons pouruivi notre marche le long de la rivière. Dans le calme de la forêt dense, de belles petites cascades, des  petits  ponts de bois, nous font oublié l’Ascension de + 600 mètres pour arriver  à un promontoire. La vue sur la vallée encaissé est très belle. Il semble que nous sommes perdus en pleine forêt. Très belle randonnée.

Cinquième jour : Le Triberg.

Le Triberg est connu dans toute l’Allemagne car ici se trouvent les plus hautes cascades du pays. Les eaux de la rivière Gutach plongent sur 160 mètres en sept cacades jusque dans la vallée où situe le village de Triberg. Un petit droit d’entrée est demandé et un chemin vous conduit dans ce petit paradis  pleins d’écureuils. Deux ponts suspendus traversent la Gutach permettant d’avoir les meilleures vues du site. Dans le village de Triberg, un musée très intéressant retrace la vie de la forêt noire. Instruments de musique, orges de barbarie, travail du bois, construction de coucous. Ici nous sommes vraiement dans la patrie du coucou. Ici dans ce village tous les coucous d’Allemagne sont assemblés. De nombreuses boutiques en vendent. Des employés polyglotes, artisans, horlogers, ouvriers vous expliquent les différents types de coucous. La construction du coucou depuis l’ébéniste à  l’horloger. Des maîtres ouvriers s’affairent.  Des coucous de toutes tailles. On nous a expliqués pourquoi deux ou trois poids. Deux poids correspondant à seulement au son du coucou, trois poids voulant dire en plus du coucou, des personnages qui dansent toutes les heures. Le prix est en fonction de la finition du coucou. Bref en une semaine vous deviendrez des randonneurs experts en coucou.

Sixième jour : Randonnée près du lac de Schluchsee.  En voiture  ou facilement joignable en train depuis Titisee. Vous pouvez vous arrêtez à la gare de Aha ou bien à Schluchsee ou Seeburgg. De là nous sommes partis pour une grande journée de marche dans une nouvelle partie de la forêt. Toujours un massif dense, des sapins très hauts, très droits, heureusement les sentiers sont bien balisés, et il est difficile de se perdre. Toujours en forêt mais avec de grandes ouvertures sur des champs. Des villages nombreux. La densité de population même si nous sommes en montagne, est élevée par rapport à la France. Partout, j’ai vu des maisons ou fermes. Il y ade la  vie partout. Je ne sais pas si tout le monde est fermier, ou bien va travailler à Fribourg à 50 kms.  La nature est ici travaillée.Les coupes de bois sont franches, et les prés s’arrêtent à l’orée de la forêt.  De grandes  fermes. Personnellement je n’ai jamais vu de fermes si imposantes. Imaginez sur deux étages plus d’une dizaine de fenêtres. Nous avons vu aussi peu de bêtes, exceptées quelques vaches. Cette randonnée je l’ai faite en Septembre et déjà à plus de 1000 mètres le matin la température étaient très fraîches.

Voilà ma semaine en forêt noire. Reposante et sportive.  Dans de nombreux villages pour pouvez pour quelques euros aller à la piscine  pour vous détendre. Vacances bien reposantes, pas loin de chez soi. Alors pourquoi ne pas tenter l’Allemagne et le sud du Bade Wurtemberg pour vos prochaines vacances ?

Un voyage dépaysant près de chez nous.

 

 

 

Comments Pas de commentaire »

Wanderung zur Zugspitze (randonnée sur la Zugspitze).

La Zugspitze pour tous ceux qui le ne savent pas est le plus haut sommet d’Allemagne et depuis quelques temps cette randonnée  j’y pensais et je souhaiterai vous la proposer.

Donc j’ai décidé de prendre un vol pour Munich. Arrivée dans la capitale du land de Bavière durant trois jours j’ai vu visité la 3ème ville d’Allemagne. Direction le S-bahn n° 8 il vous dépose à Marienplatz le centre ville. Rien de tel pour comprendre une ville que de monter sur les toits. Depuis le clocher de l’église Saint Pierre nous avons une superbe vue sur les principaux monuments. L’Hôtel de Ville néogothique tout d’abord avec sa majestueuse tour et son fameux carillon. Un peu plus loinla Cathédrale gothique avec ses deux coupoles sont le symbole de la ville.  Diverses Eglises comme l’Asamkirche, de style rococo sont à visiter mais aussi des belles places comme la viktualien markt. Le centre ville est très riche, le style baroque allemand est triomphant ici. Beaucoup de monuments mais heureusement aussi des lieux pour se restaurer  comme la brasserie Hofbraühaus. Plus bavarois impossible, Munichois et touristes y viennent pour y déguster une bonne saucisse, une pinte de bière, et pour faire passer le tout un peu de musique locale. Moi j’ai beaucoup aimé. Tous les clichés de la Bavière étaient réunis dans ce lieu.

La ville est très verte l’Isar traverse Munich, de nombreux parcs comme le Jardin Anglais, le parc Olympia (lieu des jeux Olympiques de 1972) et  le  Nymphenburg vaste parc où la famille Wittelsbach  a fait construire un château somptueux. Tout ceci forme le poumon vert de Munich. Bref dans cette ville tous les touristes ont de quoi faire.

Cette ville bénie des Dieux  est située à 70 kms des Alpes, de nombreux lacs entourent la ville. Dès qu’il neige, ou lors des fortes chaleurs tout le monde quitte la ville pour la campagne, l’eau ou la montagne.

Gare centrale de Munich, un train par heure pour Garmisch Partenkirchen, station renommée de ski et de randonnées l’été, elle est  située au pied dela Zugspitze2962 mètres. Point culminant de l’Allemagne.

Premier jour de soleil, le train est bondé de randonneurs de tout âge qui partent à l’assaut des montagnes.   Arrivé à Garmisch, un train aux couleurs dela Bavièreblanc et bleu le Zugspitzebahn vous amène d’abord vers le lac Eibsee dont un sentier fait le tour. Ensuite le train entre dans un tunnel et arrive à plus de2500 mètres. Pour atteindre le Zugspitze, il faut prendre  encore un téléphérique qui vous dépose au point culminant. Le voyage coute cher, mais on est sur le toit du pays. Pas de randos ici mais le point de vue est phénoménal. L’on peut approcher de la montagne en prenant une belle valléela Reintal, mais les gens du coin m’ont dit de randonner sur l’Alpspitze 2628m juste en face dela Zug. Lieutrès populaire. Deux téléphériques pour y accéder. Moi j’ai choisi celui qui  en 20 minutes vous dépose au Kreuzeck1651 mètres.  Départ des randonnées vers l’Osterfelderkopf à 2050mètres. Et  au delà les plus sportifs peuvent tenter le sommet de l’Alpspitze. Des panneaux vous indiquent toutes les directions et les dizaines de possibilités pour cheminer sur le Zugspitzplatt.

Sur la montagne trois restaurants d’altitude. Après l’effort ils vous tenteront pour y venir déguster d’excellents Appfelstrudels. Depuis la terrasse des vues imprenables sur la vallée de Garmisch et la chaîne alpine. Difficile de redescendre dans la vallée en fin de journée, car on aimerait pouvoir y rester plus longtemps

Aujourd’hui changement de décor, départ pour une  randonnée baignade à la « mer bavaroise », voilà comment est surnommé le Chiemsee (prononcer Kimzé) le plus vaste lac dela Bavière.Seseaux sont calmes, et nous sommes face aux contreforts des Alpes bavaroises. Ici c’est le paradis des nageurs, des adeptes des sports nautiques. Tout autour du lac ce n’est que  stations de vacances. Arrivé à la gare de Prien-Chiemsee,  nous prenons un bateau qui nous amène en quelques minutes sur l’Herreninsel, ile boisée et surtout célèbre pour son château que le roi Louis II de Bavière avait voulu faire construite et qui voulait être une réplique du château des Versailles.  Dépenses grandioses et caisses vides, à la mort du roi on n’a pas continué les travaux d’agrandissement. La galerie des glaces est une vraie merveille. Les jardins à la française, des fontaines rappelle que Louis II de Bavière vouait un culte à notre Roi Soleil.

Un joli sentier dans le bois depuis le débarcadère vous amène jusqu’au château.

Le bateau continue sa petite croisière vers une autre ile appelée Fraueninsel. De dimension plus modeste elle abrite un charmant village de pêcheurs et un couvent de bénédictines dont l’église au clocher blanc se voit depuis tout point de l’ile. C’est un vrai régal de se promener dans ce village, un vrai décor d’opérette, propre et fleuri, quelques artisans vous accueillent sur le pas de leur porte. Des bier garten elles aussi sont les bienvenues et attendent les touristes. Enfin si leur cœur vous en dit, possibilité de piquer une tête dans les eaux limpides du lac.

Mais déjà il fallait retourner à Munich. Les vacances étaient terminées. Le sud dela Bavièrevaudrait que l’on s’y attarde plus. Beaucoup de choses à faire, à voir et de nombreuses randonnées sur d’autres sommets alpins, et le long de l’Isar….  Vous l’avez compris, excellentes vacances au cœur du land méridional.

Je vous invite à vous rendre à Munich et dans sa région, les gens sont sympathiques et l’accueil typiquement du SUD.

Comments Pas de commentaire »

Cela faisait quelques mois que j’exprimais le voeu de randonner outre-manche. Voilà qui est chose faîte !

Après avoir consulté les meilleurs tarifs disponibles sur l’Eurostar Paris-Londres et répertorié mes contacts installés sur le territoire britannique, mon séjour s’organise…

Habitant à une quinzaine de minutes de la Gare du Nord, j’atteindrai, après avoir accompli les formalités de départ, environ 3 heures 30 plus tard « Saint-Pancras station » située dans le nord de Londres.

Je rejoindrai ensuite une connaissance avec qui je dinerai dans un pub londonien avant de nous rendre au Aldwych Theatre pour apprécier Midnight Tango.

Après une nuit passée dans la banlieue londonienne, je regagne le matin « King Cross station » pour prendre le train en direction de Leeds puis d’Ilkley.

Je connais bien cette région située dans le nord de l’Angleterre  puisque j’y suis resté près d’un an lorsque j’avais une vingtaine d’années.

Je séjournerai 3 nuits dans un Bed and Breakfast à Menston où je pourrais déguster chaque matin le traditionnel « Full English Breaksfast ».

Je redécouvrirai également durant mon excursion quelques spécialités anglaises  telles que le « Fish & Chips », le « Steak & Mushrooms pie » ou encore le « Cheesecake »…

Durant ces 3 jours passés dans cette campagne vallonnée et verdoyante, j’ai pu pleinement profiter des « Public Footpath » (Chemins publics de randonnée).

Mon séjour britannique se terminera à Londres chez une autre connaissance d’origine Sri-Lankaise avant de reprendre l’Eurostar et regagner Paris en pleine forme !

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Comments Pas de commentaire »