Randonnée dans les Hautes Fagnes

Suite du feuilleton voir 1er épisode / Bruxelles……

Je suis encore dans mes rêves lorsque Nicole vient nous réveiller. Elle nous apprend « une bonne nouvelle »  il est tombé 10 cm de neige sur Waterloo. Je n’en crois pas mes yeux !!! le printemps n’est pas encore arrivé ici. Déjà le téléphone retentit . Que fait on ? La décision est prise, la rando se fera. Il ne reste plus qu’à s’habiller très très chaudement et mettre des guêtres. Le lieu de rendez vous est dans les faubourgs de Bruxelles. Quelques personnes sont arrivées et attendent le car qui doit nous amener dans les Ardennes. A l’heure juste, le car arrive. Il est plein de randonneurs belges. Rien ne les arrêtent. Personne ne manque à l’appel. C’est une sacrée leçon, par tous les temps ils randonnent. Ce peuple c’est sûr est le plus brave de tous les peuples de la Gaule.

Sur une autoroute bien dégagée, nous voilà partis pour l’est du pays, direction Eupen dans la région de langue allemande de la Belgique. Nous approchons du point culminant de la Belgique le Signal de Botrange (694 mètres). Pour moi qui dit point culminant, dit montagne, ou dôme, collines, et bien je me trompe une fois de plus.

Les Hautes  Fagnes sont un plateau  balayé par les vents, situé au sommet d’un ensemble de collines au nord du massif ardennais. Nous sommes en plein coeur du parc national « Hautes Fagnes – Eiffel ». Le car nous dépose au point frontière entre la Belgique et l’Allemagne.  Aujourd’hui tout est recouvert de neige. Il fait très froid, près de -5°. Je pense que le chauffeur s’est trompé et m’a déposé en Sibérie. Je n’ai pas le droit de me plaindre. Aucun des belges ne semble avoir  froid.   Paysage de landes et de tourbières, de bruyères, de sapins et petits arbres la beauté du lieu me fait oublié la température.

Nous voilà partis pour la randonnée. Quelques kilomètres sur des caillebotis, assemblage de petites planches de bois, attention de ne pas sortir de cette allée de bois, car le terrain est gorgé d’eau. En raison de l’imperméabilité du sous-sol l’infiltration de l’eau est difficile et donc elle reste en surface. Arrivés près d’un petit étang, nous rejoignons le GR qui vient de Monschau (Allemagne) et qui suit le tracé de l’ancienne route qui reliait Aix la Chapelle au nord de la France à travers les Ardennes.

Il est temps de faire la pause de midi. Mais elle ne va durer que 15 minutes.Les sandwichs sont vite mangés. Il fait trop froid. Nous continuons la randonnée. Fini le haut plateau maintenant le GR 15 descend dans un beau vallon sauvage par un sentier qui peut être difficile nous indique une pancarte. C’est vrai quelques passages sont à passer avec prudence, risque de chutes, et la neige redouble d’intensité. Après cette belle descente nous débouchons sur un lac dont nous suivons la rive. L’endroit est très beau. Nous approchons enfin du barrage d’Eupen.

Un des barrages les plus grands de la région. Le pont barrage long de 410 mètres et dhaut de 63 m date de 1950. Il est construit à la jonction des vallées de la Vesdre et du Getz. J’ai juste pris quelques photos. La vue sur la vallée vaudrait que l’on s’arrête plus longtemps. Mais il fait trop froid.

La fin de la randonnée se passera sur la terrasse chauffée du  grand café surplombant le barrage. Michel et Catherine qui ont opté pour la rando plus courte sont déjà à déguster une gaufre au chocolat après une bonne soupe et m’ont conseillé de la goûter. Depuis les baies vitrées, l’on peut voir la vallée de la Vesdre enneigée. La randonnée a été superbe et l’on ne regrette pas la neige qui a rendu cette sortie peu banale.

Le retour en car vers Bruxelles s’est passé dans la bonne humeur. Nous avons pleins de souvenirs dans la tête. Merci à nos amis Nicole, Francis et Philippe de Linkebeek pour leur accueil, leur organisation sans faille et de nous avoir fait découvrir  une si belle région.

Quelques heures après nous étions de retour à Paris. La température était douce…. comme la nuit, propice aux rêves. Christophe m’a dit qu’il avait rêvé de neige.toute la nuit… il m’a parlé de rêve par de cauchemar.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.